UA-154145200-1 Amadou Hampaté Ba. OUI MON COMMANDANT ! MEMOIRES II | Monsite

RESUME

 

Amkoullel l'enfant peul, maintenant âgé de vingt-deux ans, entame dans ce deuxième volume de Mémoires sa carrière de jeune fonctionnaire de l'administration coloniale en Haute-Volta (Burkina-Faso).

Après un long voyage au cours duquel il commence à noter tous les récits oraux dont il deviendra le dépositaire, le jeune homme un peu naïf du début se marie, fonde une famille, et devient peu à peu, à travers mille aventures cocasses, émouvantes ou dramatiques, un homme sage capable de porter sur le monde qui l'entourait un regard à la fois perspicace, subtil et rigoureux.

Mais c'est la formidable énergie de ce récit qui frappe le plus : par-delà son caractère autobiographique, c'est un vaste tableau, fascinant et vivant, de l'Afrique coloniale de cette époque qu'il nous offre.

On se délecte des anecdotes rapportées avec cette verve et cet humour inimitable dont l'auteur a le secret, on savoure l'extraordinaire galerie de portraits de chefs coloniaux aux surnoms évocateurs - les commandants Porte-baobab, Diable boiteux ou Boule d'épines - croqués avec lucidité et tendresse à la fois

 

L’AUTEUR

 

Amadou Hampâté Bâ est né en 1900 à Bandiagara, dans l’actuel Mali, au sein d’une famille peule aristocratique. Il fréquente d’abord l’école coranique de Tierno Bokar, dignitaire de la confrérie tidianiya qui demeurera son maître spirituel, avant d’être réquisitionné d’office pour l’école française à Bandiagara puis à Djenné.

Il occupera par la suite différents postes dans l’administration coloniale, jusqu’en 1942, date à laquelle il rejoint le professeur Théodore Monod à l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) de Dakar.

Il y effectue des enquêtes ethnologiques et s’y livre à un important travail de recueil des traditions orales, ce qui l’amènera notamment à rédiger son premier livre.

En 1970, Amadou Hampâté Bâ se consacre davantage à la littérature et, en 1973, L’Etrange Destin de Wangrin lui vaut le grand prix littéraire d’Afrique noire.

Retiré à Abidjan, l’ethnologue et écrivain, à qui l’on doit la célèbre phrase « En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », se consacre au classement des archives accumulées durant sa vie sur les traditions orales d’Afrique de l’Ouest ainsi qu’à la rédaction des ses mémoires, qui seront publiées après sa mort, le 15 mai 1991.

    Amadou Hampaté Ba. OUI MON COMMANDANT ! MEMOIRES II

    4,00 €Prix
    • BON ETAT

      Broché: 397 pages

      Editeur : Actes Sud

      Parution: 1993

      ISBN-10: 2 7427 0116 8

      Dimensions: 24 x 13 x 3 cm

      LIVRE EPUISE

    LE CHAKILI

    Moulin de Loubinet
    15500 Vieillespesse, France

    07 82 11 30 24

    contact@chakili.com

    Magasin

    Nous suivre

    Soyez les premiers informés

    Notre newsletter

    © 2020 par LE CHAKILI. Créé avec Wazzabi