UA-154145200-1 LA SEVE DE L’HOMME. De l'âge d'or de la saignée aux débuts de l'hématologie | Monsite

AUTEUR: JEAN HERITIER

 

RESUME

 

La frénésie des saignées s'impose à la Renaissance, culmine au XVIIème siècle, malgré la découverte de la circulation du sang par Harvey en 1628, pour ne cesser que dans la seconde moitié du XIXe siècle après les retours en force de Broussais et de Bouillaud.

Elle s'explique par la conjonction d'un héritage mythologique, biblique et historique dominé par deux grandes figures de la médecine antique : Hippocrate et Galien qui ont imposé leur conception humorale de la maladie.

Celle-ci justifie les saignées ainsi que les transfusions sanguines tentées dès 1662 par Moritz Hoffman afin, pour les unes, d'éliminer l'atrabile et, pour les autres, de remplacer les humeurs viciées par une sève pure.

Pourtant Hippocrate était bien loin de phlébotomiser autant que les médecins de la Renaissance dont la soif de sang procède de plusieurs causes.

 

En premier, il y a l'interprétation erronée des textes grecs par les Arabes, nos intermédiaires du message hellénique, et par l'Italien Botal, médecin de Charles IX et de Henri III.

Contrairement à Montpellier, à l'Angleterre et aux pays de Réforme, la Faculté de Paris s'est acharnée à défendre cette déviation à la fois par tradition et par esprit de système lié, ajouterions-nous, à un enseignement médical englué de philosophie.

L’auteur nous promène dans les dédales surprenants de la pensée médicale et des influences qu'elle subit aux XVème et XVIème siècles.

Tour à tour il passe en revue l'ambivalence du sang, ses images littéraires ; les relations entre la pureté de l'âme et la beauté du corps exprimée par une bonne santé, un teint rosé par opposition au hâle paysan ; les outils et les gestes de la saignée, restés pratiquement les mêmes pendant deux millénaires.

C'est dire la densité et la richesse de cet ouvrage qui permet de mieux juger le chemin accompli par la médecine moderne.

 

L’AUTEUR

Jean Héritier, né au Vésinet le 19 janvier 1892 et mort à Versailles le 3 mars 1969, est un journaliste, écrivain, historien.

 

LA SEVE DE L’HOMME. De l'âge d'or de la saignée aux débuts de l'hématologie

6,00 €Prix
  • TRES BON ETAT

    • Broché : 180 pages
    • Editeur : Denoël (22 janvier 1987)
    • Collection : Documents histoire
    • ISBN-13 : 978-2207233283
    • Dimensions : 23 x 15 x 1,1 cm

    LIVRE EPUISE

LE CHAKILI

Moulin de Loubinet
15500 Vieillespesse, France

07 82 11 30 24

contact@chakili.com

Magasin

Nous suivre

Soyez les premiers informés

Notre newsletter

© 2020 par LE CHAKILI. Créé avec Wazzabi