UA-154145200-1 L’INVENTION DU CORPS. La Représentation de l'homme du Moyen-Âge à la fin du XIXe | Monsite

LE CHAKILI

Moulin de Loubinet
15500 Vieillespesse, France

07 82 11 30 24

contact@chakili.com

Magasin

Nous suivre

Soyez les premiers informés

Notre newsletter

© 2020 par LE CHAKILI. Créé avec Wazzabi

AUTEUR: NADEIJE LANEYRIE-DAGEN

 

RESUME

 

Le corps humain ? Chacun aujourd’hui en connaît, ne serait-ce que de manière approximative, la structure, les organes et leurs fonctions.

Or ce savoir, si commun semble-t-il désormais, est d’invention récente.

 

Très longtemps, le corps, ses mouvements, ses humeurs et ses maux sont demeurés énigmatiques et inexplicables.

De ce qui se passe sous la peau, la compréhension a été lente.

Elle fait l’objet de ce livre, qui étudie ensemble progrès des connaissances médicales et évolution des représentations corporelles.

Elles ne peuvent en effet être dissociées, tant il apparaît que le regard est le premier moment de la compréhension.

Léonard dessine des charpentes osseuses, des muscles en extension, des abdomens en coupe et des crânes décalottés.

Dürer scrute son reflet d’homme au miroir comme il examine plantes rares et animaux communs.

L’Art de la Renaissance – peinture, sculpture, gravure – est un relevé méthodique des apparences, observation attentive des formes, tentative d’intelligence de l’humain.

Avant qu’il en soit ainsi, il a fallu, tout au long du Moyen Âge, apprendre à représenter les volumes, leur donner galbe et ombre et, lentement, s’affranchir des conventions traditionnelles et des règles religieuses.

Pour qu’il en soit ainsi, il faut encore tenir à distance les habitudes d’idéalisation qui dictent à l’artiste canons classiques et proportions parfaites, au mépris de la vérité physique.

Au risque d’être tenu pour hérétique, il faut pénétrer dans les territoires du difforme et du monstrueux et se hasarder jusqu’au morbide et à l’insupportable.

Ces lents progrès du regard ne peuvent se décrire en s’en tenant aux seules données de l’histoire de l’art.

Codes sociaux et usages hygiéniques, théories cosmologiques et rêveries poétiques, réflexions politiques et lecture des Anciens : autant d’éléments nécessaires à l’analyse.

Ils sont ici réunis afin de montrer combien la révélation du corps est aussi invention d’une nouvelle civilisation, la nôtre.

 

L’AUTEURE

 

Nadeije Laneyrie-Dagen est professeure d’histoire de l’art à l’École Normale Supérieure.

Spécialiste de la période moderne, elle a publié l’Invention du corps (Paris, Flammarion, 1997) et sa suite L’Invention de la nature (Paris, Flammarion, 2008) ainsi que des ouvrages à caractère pédagogique : Lire la peinture (Paris, Larousse, 2002) et L’histoire de l’art pour tous (Paris, Hazan, 2011). On lui doit plus récemment Animaux secrets, animaux cachés, réflexion sur la place du motif animalier dans l’art (Paris, Mazenod et Citadelles, 2016).

 

L’INVENTION DU CORPS. La Représentation de l'homme du Moyen-Âge à la fin du XIXe

11,00 €Prix
  • TRES BON ETAT

    Broché : 256 pages

    Editeur : Flammarion

    Parution : 1997

    ISBN-13 : 978-2080 101440

    Dimensions: 23 X 28,5 cm

    POIDS: 1,485 KG